Classique Héritage - Chaleur et soleil de la partie!

30 Janvier 2014

C’est le 25 janvier dernier, à la patinoire Pleasantview d’Edmonton, que s’est déroulée pour une troisième année consécutive la Classique Héritage, un évènement du Campus Saint-Jean qui réunissait la communauté francophone.

Près de 120 personnes ont assisté à cette partie de hockey extérieure où l’équipe universitaire de hockey, les Centurions de Saint-Jean, a affronté les anciens du Campus Saint-Jean sous une température idéale pour les participants, mais un peu moins pour l’état de la glace de plus 6 degrés Celsius.

Avant le début officiel de la partie, les spectateurs ont eu droit à une prestation de la talentueuse Kelsey LeMelledo, qui avait accepté d’interpréter l’hymne national. Par la suite, la mise au jeu protocolaire a été effectuée par nul autre que le premier doyen du Campus Saint-Jean, Frank McMahon.

Durant la première période, les anciens étaient bien décidés à conserver leur titre de vainqueurs puisqu’ils ont dominé en comptant quatre buts, dont trois par Justin Mahé. En deuxième période, le capitaine des Centurions, Tyler Cassidy, a marqué l’unique but des siens pour porter la marque à 4 à 1.

Fait à noter, la température printanière a causé de nombreux soucis aux joueurs. L’état de la glace est rapidement devenu de piètre qualité, donc les organisateurs ont décidé d’écourter la partie à seulement deux périodes. C’est donc par le pointage de 4 à 1 que les anciens ont conservé leur titre.

Pierre Hébert, diplômé en éducation et aujourd’hui directeur adjoint à l’école Gabrielle-Roy, en était à sa troisième participation, et ce, en tant que capitaine honorifique. Ce dernier estime que cette partie de hockey à l’extérieur est très importante.

« La Classique nous ramène à nos origines. Je suis en Alberta aujourd’hui à cause du Campus Saint-Jean. J’ai joué pour les Golden Bears de l’université, ainsi que pour les Frontenacs, et maintenant, j’ai la chance de jouer contre les Centurions. Je trouve ça incroyable puisque cela donne de la vie au Campus et ça permet aux anciens de demeurer impliqués », explique M. Hébert.

Source : le Campus Saint-Jean, Université de l'Alberta