Coexistence des systèmes judiciaires étatiques et autochtones : une recherche internationale menée par l’Université d’Ottawa obtient 1,9 million de dollars

3 Juin 2013

Une équipe de spécialistes dirigée Ghislain Otis, professeur de droit à l’Université d’Ottawa, a obtenu une subvention de 1 901 645 $ du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour financer un projet d’envergure favorisant la diversité juridique et la coexistence des systèmes judiciaires étatiques et autochtones.

Financé par le programme de subventions de partenariat du CRSH, le projet réunit 14 universités de sept pays ainsi que 10 partenaires dont six sont autochtones. De plus, 40 étudiants et étudiantes auront la possibilité de contribuer au projet.

Au Canada, si une crise sociale, humanitaire ou politique attise les différences entre les sociétés autochtones et non autochtones (comme les crises d’Attawapiskat, Kashechewan, Caledonia et Oka), il en ressort qu’un fossé important existe entre la loi de l’État et les traditions juridiques autochtones. Ces crises soulignent également que sous le régime colonialiste, les systèmes juridiques autochtones ont souvent été ignorés ou invalidés. Cela dit, les problèmes découlant de la pluralité juridique ou de systèmes judiciaires opposés ne surviennent pas seulement au Canada, mais partout dans le monde.

Dans ce contexte, le projet de recherche du professeur Otis – le premier du genre – vise à comparer et à analyser l’interaction entre les cultures juridiques autochtones et non autochtones, au Canada, en Afrique et dans les États insulaires du Pacifique Sud, en vue de cerner les conditions qui favorisent la diversité juridique, surtout en ce qui concerne trois questions particulières : famille, justice, territoire et ressources. Au bout du compte, la recherche proposera des approches concrètes que pourraient adopter les gouvernements et les peuples autochtones en appui à la diversité juridique viable.

L’Université d’Ottawa, un des chefs de file de la recherche universitaire au Canada, encourage la recherche collaborative sur des enjeux mondiaux pressants. Elle soutient activement la recherche de pointe et favorise le développement des connaissances basé sur une approche interdisciplinaire. Son engagement envers l’excellence attire les chercheurs les plus prometteurs du Canada et du monde entier.

RENSEIGNEMENTS :

Néomie Duval

Agente des relations médias internationales

Université d’Ottawa

Bureau : 613-562-5800 poste 2981

Cellulaire : 613-863-7221

neomie.duval@uOttawa.ca 

Source : l'Université d'Ottawa