Des bourdons dans un quartier près de chez vous… enfin, peut-être

3 Juin 2014

Grâce aux connaissances maintenant répandues sur leur contribution à notre écosystème, ou peut-être grâce au film de Pixar Drôle d’abeille (2007), la réputation des abeilles a repris du poil de la bête au cours des dernières années. On sait, par exemple, que les bourdons font cavalier seul. Ils se déplacent lentement et se confinent à leur domaine de compétence, la pollinisation des fleurs.

La prochaine fois que vous verrez un bourdon, arrêtez-vous pour l’examiner sous toutes ses coutures. Prenez une photo : vous en aurez amplement le temps vu sa lenteur. Le spécimen que vous avez sous les yeux pourrait appartenir à une espèce en voie de disparition.

« Nous avons de bonnes raisons de penser que les changements climatiques contribuent au déclin des populations de bourdons en Europe et en Amérique du Nord », explique Jeremy Kerr, professeur au Département de biologie. « Certaines espèces, complètement disparues, n’ont pas été aperçues depuis dix ans. D’autres sont si rares qu’il faut être chanceux pour en apercevoir un. Malheureusement, nous ne pouvons être partout à la fois. Nous avons besoin que la population nous transmette des renseignements sur les insectes observés, tels que l’espèce à laquelle ils appartiennent et leur nombre. Certaines espèces s’en sortent très bien, tandis que d’autres éprouvent de graves problèmes. »

Pour tout dire, le bourdon constitue un élément crucial de notre écosystème. Comparativement aux activités des abeilles productrices de miel, celles des bourdons sont pour la plupart difficiles à mesurer selon des paramètres économiques. Cependant, les bourdons pollinisent de nombreuses espèces de fleurs sauvages essentielles au régime alimentaire des oiseaux et des petits mammifères. Ils sont les poids lourds du monde de la pollinisation.

« Le déclin des bourdons est contesté. Nous ignorons encore quelles espèces disparaîtront, dans quelles régions elles sont en déclin et à quel moment ce déclin a commencé », souligne le professeur Kerr. « Il est difficile de s’entendre sur une manière de les sauver de l’extinction ».

Comment leur venir en aide

Nul besoin d’une grande expérience pour identifier un bourdon quand vous en voyez un dans votre arrière-cour.

La prochaine fois que vous en apercevrez un, prenez quelques photos avec votre téléphone intelligent. Allez sur le site www.bumblebeewatch.org et téléversez-y votre photo. Vous serez ainsi en mesure de déterminer de quelle espèce il s’agit au moyen du guide intégré simple à utiliser.

Comment se portent les pollinisateurs qui fréquentent votre voisinage? « Dites-nous quelles espèces vous observez. Certaines d’entre elles pourraient être en danger, et nous avons besoin de votre aide pour en savoir plus », précise Jeremy Kerr.

Source : l'Université d'Ottawa