Des scientifiques de l'Université d'Ottawa reçoivent 1,75 million de dollars pour la recherche multidisciplinaire en santé

26 Septembre 2012

Trois éminents scientifiques de l'Université d'Ottawa recevront 1 755 851 $ du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) pour des recherches qui contribueront grandement à la qualité des soins de santé pour tous les Canadiens et Canadiennes.

 

Le financement, offert dans le cadre du Programme de projets de recherche concertée sur la santé (PRCS), appuiera des équipes composées de chercheurs en sciences naturelles, en génie et en sciences de la santé. Les équipes établiront un partenariat avec des collaborateurs provenant de milieux non universitaires – comme le gouvernement, les organismes privés ou publics – qui, de leur côté, utiliseront les résultats pour prendre des décisions éclairées concernant les politiques, les produits, les programmes ou les pratiques en matière de santé.

 

« Les professeurs Boddy, Figeys et Harden sont parmi les scientifiques les plus réputés de la planète dans leurs domaines respectifs. Grâce à ce soutien, leurs travaux de recherche donneront lieu à d’importantes découvertes qui auront des retombées directes sur la santé des Canadiens et celle des habitants du monde entier », a déclaré Mona Nemer, vice-rectrice à la recherche.

Les trois scientifiques de l’Université d’Ottawa sont :

 

Christopher Boddy — Faculté des sciences, Département de chimie

Development of small molecule viral sensitizers to boost vaccine manufacturing

(Développement de petites molécules virales sensibilisateurs pour stimuler la production de vaccins)

Les recherches que réalisera le professeur Boddy, en collaboration avec Jean-Simon Diallo de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa — l’établissement de recherche de l’Hôpital d’Ottawa affilié à l’Université d’Ottawa—et Jeff Smith de l'Université Carleton, porteront sur des additifs de petites molécules qui stimulent grandement la production de vaccins à base de virus sur culture cellulaire. Les résultats de cette étude pourraient améliorer la fabrication rapide de grandes quantités de vaccins, ce qui est particulièrement important en périodes de pénurie de vaccins comme celles que l'on a connues en 2009 durant le programme de vaccination H1N1.

 

Daniel Figeys — Faculté de médecine, Département de biochimie, microbiologie et immunologie

Microfluidic platforms coupled to mass spectrometry for the quantitative analysis of circulating convertases and substrates (Plateformes microfluidiques couplée à un spectromètre de masse pour l'analyse quantitative des convertases et substrats en circulation)

Les recherches du professeur Figeys serviront à mettre au point et à mettre en application des technologies qui permettront d'étudier le sécrétome et le shedome associés à certaines protéases liées au processus sécrétoire. Ces protéases et leurs substrats jouent un rôle important dans de nombreuses maladies humaines, comme les maladies cardio-vasculaires, les maladies neurodégénératives, les maladies mentales, le cancer et le développement des métastases, et les infections virales. La population canadienne pourrait beaucoup profiter du résultat de ces recherches grâce à l’introduction en clinique de biomarqueurs innovateurs servant au dépistage des patients et à la mise au point de traitements personnalisés, permettant d’effectuer des évaluations précliniques en collaboration avec des partenaires de l’industrie.

 

James Harden — Faculté des sciences, Département de chimie

Anti-microbial scaffold materials for cutaneous wound healing

(Matériaux d'échafaudage antimicrobiens pour la cicatrisation cutanée)

Le professeur Harden et son équipe créeront, afin de favoriser la régénération cutanée, de nouveaux biomatériaux nanocomposites sur support de collagène de conception spécialisée. Les résultats de ces recherches pourraient accélérer le traitement des grands brûlés ou des plaies cutanées chroniques de certains patients souffrant de diabète.

Les subventions du Programme de projets de recherche concertée sur la santé (PRCS) sont conçues pour appuyer les nouveaux projets réalisés grâce aux efforts de collaboration entre différents domaines des sciences naturelles, du génie ou des sciences de la santé.

 

L’Université d’Ottawa, un des chefs de file de la recherche universitaire au Canada, cherche à améliorer la santé de la population canadienne au moyen de la recherche. Notre engagement envers l’excellence ainsi que notre approche interdisciplinaire en matière d’acquisition du savoir nous permettent d’attirer des personnes talentueuses de partout au Canada et des quatre coins du monde.

 

Source : l'Université d'Ottawa