Innover pour mieux enseigner

7 Février 2014

Combiner l’apprentissage en ligne et les cours traditionnels en remplaçant un bon nombre d’heures en salle de classe par des activités d’apprentissage interactives, voilà en quoi consistent les cours hybrides, un mode d’enseignement en pleine croissance.

Aujourd’hui, l’Université d’Ottawa a reçu plus d’un demi-million de dollars pour contribuer au financement de quatre projets innovateurs, dont l’un visant à mettre sur pied 1000 cours hybrides dans les cinq prochaines années, afin d’offrir aux étudiants un apprentissage riche, varié et flexible.

L’Initiative de l’apprentissage hybride, un projet à grande échelle lancée il y a quelques mois par l’Université, bénéficiera d’un montant de 335 000 $ provenant du Fonds pour la productivité et l’innovation de l’Ontario. L’argent servira, entre autres, à appuyer les professeurs dans la conversion ou la conception  de cours qui combinent l’enseignement en classe et les activités en ligne.

« Un cours hybride amènel'étudiant à devenir un acteur actif de son apprentissage », souligne Allan Rock, recteur et vice-chancelier de l’Université d’Ottawa. « Nous sommes convaincus des bienfaits de ce type d’enseignement innovateur, et la subvention du gouvernement de l’Ontario nous aidera à fournir à nos professeurs l’appui et les outils dont ils ont besoin pour créer préparer des cours hybrides.»

L’enveloppe totale de plus de 600 000 $, allouée par le Fonds pour la productivité et l’innovation, permettra également de financer deux projets visant l’amélioration des mécanismes d’évaluation à l’Université. Le premier vise la création d’outils en ligne pour aider les professeurs à élaborer des plans de cours et à évaluer les apprentissages des étudiants. Le second projet permettra de mettre en place une méthodologie pour évaluer avec plus de précision la viabilité des programmes existants ou futurs.

Finalement, l’admission des étudiants internationaux sera facilitée puisque l’Université d’Ottawa, en collaboration avec la majorité des universités ontariennes, a obtenu plus de 100 000 $ pour définir des pratiques plus efficaces en ce qui a trait au traitement des documents d’admission soumis par les étudiants internationaux.

Source : l'Université d'Ottawa