La famille Goodman investit dans l’École des mines de l’Université Laurentienne

15 Octobre 2012

M. Ned Goodman, PDG de Dundee Corporation, et la Fondation de la famille Goodman - JODAMADA, ont annoncé aujourd’hui un don historique à la nouvelle École des mines de l’Université Laurentienne. En reconnaissance de la générosité de la famille Goodman, le recteur de la Laurentienne, M. Dominic Giroux, a déclaré que l’Université nommera l’École en l’honneur de celle-ci.

M. Ned Goodman possède dans les domaines des affaires et des investissements, en tant que géologue, analyste en valeurs mobilières, gestionnaire de portefeuille et cadre supérieur, plus de 40 ans d’expérience et sa réputation le place au premier rang des meilleurs conseillers en placements au Canada. Sous son impulsion, le groupe Dundee, un groupe de sociétés financières qui s’est développé sous la direction de sa famille, a vu son actif passer de 300 millions de dollars à une entité gérant 50 milliards de dollars en fonds communs de placement. Par son travail dans le secteur minier autant que par le financement qu’il a apporté à nombre de petites sociétés, M. Goodman a contribué à générer dans de nombreuses collectivités éloignées du nord du Canada des investissements et des emplois, aidé à développer des entreprises en croissance et favorisé la prospérité des milliers d’autres Canadiens. Il décrit le don de sa famille comme un vote de confiance dans l’avenir de l’exploitation minière.

« Le Grand Sudbury a le meilleur gisement minéral et la plus grande concentration mondiale d’expertise en approvisionnement, produits et services miniers, a déclaré M. Goodman. Nous voulons être associés à l’Université Laurentienne parce que c’est indubitablement l’université par excellence pour l’exploration et l’exploitation minières au Canada. Quand j’ai appris que la Laurentienne avait l’intention de créer une École des mines innovatrice, j’ai décidé d'y contribuer, a indiqué M. Goodman lors d’une visite récente à Sudbury. Nous inciterons aussi nos amis de l’industrie à appuyer cette magnifique initiative. »

La combinaison du vieillissement de la main-d’œuvre, de la compétition pour recruter des travailleurs qualifiés et de la baisse des inscriptions dans les programmes axés sur les mines dans la plupart des autres universités canadiennes pose un grand problème dans l’industrie minière mondiale. Cette situation accélérera probablement la hausse des coûts, retardera les nouveaux projets et rétrécira les marges de profit. Beaucoup de chefs de file de l’industrie ont signalé un besoin criant de diplômés dont les habiletés techniques sont étayées par des compétences dans les aspects commerciaux, culturels et environnementaux de l’exploitation minière.

Le recrutement à l’échelle mondiale du directeur général fondateur de l’École des mines Goodman est en voie d’être complété et la personne choisie aura pour fonctions de :

 

  • enrichir les compétences des futurs professionnels de l’exploration minérale et de l’exploitation minière dans des domaines comme la santé et la sécurité au travail, les relations avec les Autochtones, la gestion minière et les finances;
  • diriger la création de programmes de perfectionnement de cadres à tous les cycles qui reposeront sur une formule de modules, de cours de courte durée ou de formation à distance, et d’autres moyens selon les possibilités qui se présentent;
  • officialiser de nouvelles alliances provinciales, nationales et internationales avec d’autres établissements postsecondaires, y compris le Réseau international des écoles des mines qui aura un siège important à la Laurentienne;
  • doubler les inscriptions aux programmes du domaine minier d’ici 2020;
  • améliorer l’expérience universitaire pour les étudiants en sciences de la Terre et en génie.

 

L’École des mines Goodman est une initiative interfacultaire. Elle relèvera directement du vice-recteur aux études et sera appuyée par un Conseil consultatif mondial et un fonds de dotation de 20 000 000 $ alimenté par des dons de l’industrie et de bienfaiteurs, dont la majorité a déjà été recueillie. De plus, l’Université Laurentienne investira 5 000 0000 $ dans cette École d’ici 2023.

La Fondation de la famille Goodman a stipulé que tout engagement financier, présent ou futur, reste confidentiel. Ce don sera utilisé exclusivement par l’École des mines Goodman. « Il appuiera la conception de nouveaux cours et programmes liés aux mines, l’amélioration de l’environnement d’apprentissage et des possibilités tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de classe, le recrutement d’étudiants, les services de placement et de carrière, la visite de conférenciers et toute autre utilisation particulière convenue mutuellement, a expliqué M. Dominic Giroux. En outre, le don de la famille Goodman permettra d’attirer des étudiants brillants de partout au monde à qui nous offrirons des bourses, et de promouvoir nos programmes du domaine minier sur la scène internationale. »

Le fils aîné de M. Goodman, Jonathan Goodman, ing., CFA, MBA, diplômé de l’École des mines du Colorado, membre et directeur de la Fondation JODAMADA, exercera les fonctions de professeur associé à l’Université Laurentienne.

La Laurentienne est aussi attrayante pour M. Goodman parce qu’il réside à Barrie. « Je veux faire tout ce qui est possible pour aider à établir le nouveau campus de l’Université Laurentienne au centre-ville de Barrie, y compris attirer des dons privés pour soutenir cet important projet, a souligné M. Goodman. Barrie en a absolument besoin, et la Laurentienne a beaucoup à offrir. » L’Université Laurentienne a déjà promis 14 000 000 $ pour son nouveau campus à Barrie, engagement dont la Ville versera la contrepartie.

La campagne de l’Université Laurentienne, Objectif 50, présidé par M. Terry MacGibbon, fondateur de FNX Mining, a largement dépassé son objectif original de 50 000 000 $. En effet, il reste encore six mois et elle a recueilli 63 300 000 $ jusqu’à présent.

Source : l'Université Laurentienne

Pour lire l'intégrale, veuillez consulter le site Web.