La Galerie Glendon revue par Aurélien Muller: méconnaissable!

15 Janvier 2014

Cette semaine, la Galerie Glendon a été entièrement réinventée pour répondre aux besoins de l’ambitieuse installation multimédia du photographe Aurélien Muller.

Du 7 au 11 janvier, les visiteurs de la galerie empruntaient exceptionnellement la porte côté jardin pour accéder à l’installation Photographie moderne.

Se faufilant à travers de lourdes tentures, nous entrions dans un univers qui n’était pas sans rappeler un sombre salon Victorien. À notre gauche, un petit boudoir avec long divan de velours rouge surmonté d’une immense photo noir et blanc.

À notre droite, la forme ovale de quatre «portraits de famille» projetés sur les murs du «salon» dénudé, arborant cet air sérieux des photos de la fin du 19e.

Fixant le portrait «antique» d’une jeune femme moderne aux yeux fermés, j’ai eu la surprise de la voir ouvrir les yeux!

C’est que, voyez-vous, Aurélien Muller (diplômé de la Formation supérieure en photographie de Vevey en Suisse) venait de passer un mois à mettre au point un laboratoire d’expérimentation photo et vidéo dans la galerie.

Un moniteur noir et blanc, point lumineux dans un petit coin sombre, attirait notre regard. On y découvrait l’action se déroulant en direct de l’autre côté de la porte du studio temporaire aménagé par le photographe avec l’aide de divers départements de l’Université Glendon.

Dans son studio de fortune, Aurélien engageait avec charme et humour ses sujets: les visiteurs de la galerie, qui se succédaient devant sa caméra. Sur un mur, on pouvait lire la pensée: La beauté de la photographie est que le sujet est celui qui fait tout le travail (traduction libre).

Sous le drap opaque de sa caméra 4 X 5, Aurélien regardait ses sujets, non pas dans l’obturateur de son appareil photo, mais plutôt dans le voyant de sa caméra vidéo.

En demandant aux gens de rester immobiles avant de bouger légèrement, le photographe/vidéographe réussissait à créer une illusion de photo antique que son système élaboré projetait ensuite dans la galerie. (Pour remercier ses sujets de leur participation, il leur remettait une impression de photo tirée de leur vidéo.)

Source : l'Express de Toronto

Pour lire l'intégrale, veuillez consulter le site Web