Lancement des livres issus du Colloque international Langue et territoire en présence de son président d’honneur, Graham Fraser

1 Mai 2014

La Série monographique en sciences humaines, l'Observatoire de la langue française en Ontario (OLFO) et le bureau du vice-recteur aux Affaires francophones de l'Université Laurentienne ont procédé au lancement des trois livres issus du Colloque international Langue et territoire qui fut organisé par l’Université Laurentienne, en 2010. Le commissaire aux langues officielles et président d’honneur de ce colloque, Graham Fraser, était présent aujourd’hui, à l’occasion de ce lancement.

Ayant pour titre Langue et territoire, ces ouvrages respectivement sous-titrés Espaces littéraires, Études en aménagement linguistique et Études en sociolinguistique urbaine, compilent trois années de travail dirigé par Julie Boissonneault et Ali Reguigui, professeurs au département d’Études françaises de l’Université Laurentienne. De nombreux chercheurs universitaires, étudiants en doctorat, juristes et autres spécialistes de la langue aux quatre coins du monde ont également collaboré à ces publications.

« Le Colloque international Langue et territoire trouve en ces ouvrages un brillant épilogue et l’assurance d’une contribution significative quant à la compréhension et à l’avancement des droits linguistiques, déclare Graham Fraser. La qualité des recherches menées par les professeurs de l’Université Laurentienne ainsi que leurs collaborateurs témoigne du respect et de l’importance de la dualité linguistique canadienne et de la diversité culturelle au sein de cet établissement. »

Le recteur et vice-chancelier de l’Université Laurentienne, Dominic Giroux, souligne pour sa part : « Les ouvrages de référence dévoilés aujourd’hui sont à la hauteur de l’événement historique qui, en 2010, réunissait pour la première fois, lors du Colloque international Langue et territoire, les cinq commissaires linguistiques du Canada. L’Université Laurentienne est fière de participer une fois de plus à l’essor des langues officielles et entend bien poursuivre ses efforts continus en matière d'aménagement linguistique. »

Source : l'Université Laurentienne