L'Université Laurentienne offrira trois baccalauréats bilingues en génie dès septembre 2016

10 Novembre 2015

Dès la rentrée 2016, l’Université Laurentienne élargira son offre de cours en français grâce à la création de trois baccalauréats bilingues en génie. Ayant pour objectif de répondre aux besoins de l’industrie, de la communauté et des étudiants de la Laurentienne, ces trois programmes portent sur les domaines du génie chimique, du génie mécanique et du génie minier.

« Grâce à un travail rigoureux, l’Université Laurentienne est heureuse de pouvoir offrir trois programmes bilingues en génie qui répondent aux exigences d’un milieu à la fine pointe de la technologie ainsi qu’aux attentes clairement exprimées par nos étudiants présents et futurs, souligne le recteur et vice-chancelier de l’Université Laurentienne, Dominic Giroux. Pour le plus grand bénéfice de nos diplômés francophones et anglophones, employeurs des petites et moyennes entreprises comme ceux des multinationales situées dans notre région auront accès, plus que jamais, à une main-d’œuvre compétente, à la fois qualifiée et bilingue. »

S’appuyant sur l’expertise développée par l’École de génie Bharti et sur des installations de dernière génération situées au cœur d’une communauté des plus industrialisées, ces programmes bilingues complètent l’offre actuellement disponible en anglais à l’Université Laurentienne et permettent à cette institution de demeurer à l’avant-garde des études postsecondaires en génie, au Canada.

« Ces programmes uniques nécessitent que 50 % des cours soient complétés en français, précise Robert Kerr, vice-recteur aux études de l’Université Laurentienne. Cette composante contribuera à préparer adéquatement nos étudiants en génie qui désirent travailler partout au Canada et ailleurs dans le monde. »

Au cours des deux dernières années seulement, l’École de génie Bharti a vu son effectif augmenter de 60 %. Ses étudiants se sont distingués dans de nombreuses compétitions provinciales, nationales et internationales en remportant notamment un nombre inégalé de victoires aux Jeux miniers des universités canadiennes. En 2011, l’équipe de la Laurentienne a également remporté le Concours en robotique minière lunaire de la NASA grâce à son concept de module lunaire-minier télécommandé.

 

Source : Université Laurentienne