Le CSJ et un jeune Camerounais paraplégique : Un beau projet

18 Juillet 2013

C‘est l‘histoire d’un jeune Camerounais, Patrick Talom, l’un de mes meilleurs amis au collège Saint Thomas d’Aquin à Bafoussam, ma région natale. Le 31 août 2005, alors qu’il venait de passer son Diplôme d’Étude Secondaire et qu’il s’apprêtait à s’envoler pour la France pour ses études, il fit un tragique accident de la route qui paralysa ses membres inférieurs. Le verdict des médecins après la lourde opération de 8 heures était que Patrick devrait désormais vivre dans un fauteuil roulant. C‘était un choc pour nous autres ses amis qui nous apprêtions à reprendre le chemin de l’école, en cette fin de grandes vacances scolaires.

En décembre 2011, je voulais offrir un fauteuil roulant électrique à Patrick, car sa maman avait abandonné ses tâches quotidiennes depuis quelques années pour se consacrer à le soutenir; notamment le pousser sur son fauteuil roulant mécanique. Après avoir réfléchi longuement sur les prix dispendieux des fauteuils roulants, je me permis d’oser et d’organiser une journée de collecte de fonds au Campus Saint-Jean pour la cause. Je préparais mon plan d’action sur le « comment y arriver » pendant les congés de Noël. En janvier 2012, je présentais mon projet à Danielle Leclerc, la coordonnatrice à la vie étudiante au Campus qui l’approuva et le 30 mars 2012 fut la date retenue, lors de la journée des Premières Nations au Campus. Je vulgarisais mon projet en parlant aux étudiants, au personnel du Campus, en allant de bureau en bureau dans les services francophones de la communauté. Grâce à Danielle, je fis une interview avec Radio-Canada Edmonton. Un buffet multiculturel fut servi où l’on acceptait des dons et plus d’une centaine d’invités répondirent à l’appel.

Après plusieurs recherches, j’ai trouvé un site américain, Drive.com, qui possédait un dernier fauteuil roulant électrique qui correspondait aux qualifications à 1699 $. Le doyen du Campus, M. Marc Arnal, le vice-doyen aux affaires académiques, M. Denis Fontaine, et le doyen adjoint aux opérations et soutient coopératif, M. Denis Fortin complétèrent les dons obtenus lors du buffet afin d’atteindre la somme voulue. Le fauteuil fut acheminé au Campus, quitta le port de Montréal le 13 février 2013 et arriva au port de Douala au Cameroun le 25 avril 2013.

Aujourd’hui, en dépit de ses escarres, des douleurs persistantes et d’autres obstacles qu’il rencontre au quotidien, notamment pour se déplacer d’une ville à l’autre, Patrick, malgré sa sonde urinaire, continue de voyager à travers le Cameroun pour aider les jeunes à travers de multiples conférences. Patrick espère reprendre ses études pour mieux se former pour former les jeunes qui viennent vers lui et aussi plus tard, gérer le « Centre jeune » qu’il est en train de mettre sur pied avec le soutien de ses parents. En attendant de voir aboutir ce grand projet pour l’encadrement des jeunes, il a déjà publié plusieurs livres dont, entre autres, « Ma force de vivre » qui est un livre qui raconte son histoire et comment il affronte sa situation et « Discours d’un  jeune sur le devenir des jeunes » qui est un essai sociologique sur les problèmes des jeunes au Cameroun avec des pistes de solutions qu’il propose sachant que les handicapés au Cameroun ne sont pas pris en charge.

Ce fauteuil roulant électrique que nous avons pu offrir à Patrick lui sera d’une importance capitale dans son quotidien. D’une part, il aura moins de difficulté dans ses mouvements domestiques et en plus sa maman âgée n’aura plus besoin de le pousser quotidiennement. D’autre part, il pourra présenter ses conférences avec une plus grande mobilité.

Cette initiative voit sa réussite en cette institution qui accueille chacun de nous tel que nous sommes en nous édifiant davantage sur des valeurs de la vie. Le Campus Saint Jean de l’Université de l’Alberta se présente ainsi non seulement comme un lieu de formation intellectuelle, mais aussi comme une véritable « école de la vie »; il ne délivre pas seulement des diplômes à des jeunes mais il forme également des jeunes à la vie.

Les mots seuls ne sauraient exprimer ma gratitude envers le Campus Saint jean, son personnel et ses étudiants et tous les donateurs de la communauté.

Patrick me fait vous transmettre ses salutations et c’est avec joie qu’il vous attend au Cameroun pour vous faire découvrir de son fauteuil les merveilles de ce pays familièrement appelé « Afrique en miniature ».

Source : le Campus Saint-Jean, Université de l'Alberta