Les enfants devraient-ils passer moins de temps assis, ou plus de temps à bouger?

23 Avril 2013

Des chercheurs ont découvert que la pratique d’une activité physique d'intensité au moins modérée est plus importante pour la santé cardiométabolique de l’enfant que l'ensemble du temps de sédentarité. Cela dit, le temps passé devant un écran semble avoir une plus grande incidence sur le risque de maladie cardiovasculaire que le temps global de sédentarité.

Une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO), faisant partie de TEAM PRODIGY, un groupe de recherche interuniversitaire où sont représentées l'Université d'Ottawa, l'Université de Montréal, l'Université McGill et l'Université Laval, s’est penchée sur les liens qui existent chez les enfants entre le risque de maladie cardiovasculaire et le temps consacré à une activité physique d'intensité modérée à vigoureuse (APMV) ou à un comportement sédentaire. L'article a été intégralement publié aujourd'hui dans la revue  Physiologie appliquée, nutrition et métabolisme (en anglais).

« Même si les résultats de cette étude indiquent que chez l’enfant, le temps consacré à une activité physique modérée à vigoureuse serait plus important pour la santé cardiométabolique que le temps de sédentarité, il demeure important de travailler sur deux plans : accroître la participation à l'activité physique ET réduire le temps de sédentarité passé devant un écran », a déclaré le l’auteur principal de l’étude, le Dr Jean-Philippe Chaput, de l'Institut de recherche du CHEO, également professeur à l'Université d'Ottawa.

Dans le cadre de cette étude transversale portant sur plus de 500 participants de 8 à 10 ans, divers facteurs ont été mesurés : tour de taille, tension artérielle systolique et diastolique, triglycérides à jeun, cholestérol liboprotéinique de haute densité, taux de glucose.

Des taux élevés d’APMV étaient associés à des concentrations de triglycérides à jeun, à une tension artérielle sanguine et à un tour de taille moindres et à un plus haut taux de cholestérol HDL, sans égard au temps de sédentarité. Par contraste, on observait une association positive entre le temps de sédentarité et la tension artérielle diastolique, mais le lien n'était plus statistiquement significatif après un rajustement tenant compte d’une APMV. Le temps d'écran auto-déclaré était positivement corrélé avec le tour de taille  et négativement corrélé avec le cholestérol HDL, sans tenir compte de l’APMV.

« Aujourd'hui, nous présentons des données empiriques qui révèlent qu’une activité physique constante toute la journée est probablement plus importante, pour prévenir le risque de maladie cardiovasculaire chez l’enfant, qu’une restriction du temps assis », a poursuivi le Dr Chaput.

Cette étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada, la Fondation des maladies du cœur du Canada et le Fonds de la recherche en santé du Québec.

À propos de l’Institut de recherche du CHEO

Fondé en 1984, l'Institut de recherche du CHEO coordonne les activités de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) et fait partie des instituts affiliés aux hôpitaux d'enseignement de l'Université d'Ottawa. L'Institut regroupe des professionnels de la santé du CHEO qui unissent leurs efforts pour résoudre les problèmes de santé pédiatriques. Il favorise également la recherche collaborative avec des partenaires issus de la communauté locale, du milieu médical extérieur et de la communauté scientifique internationale. Pour plus d’information, visiter le www.cheori.org.

Renseignements pour les médias

Adrienne Vienneau

Institut de recherche du CHEO

Bureau : 613-737-7600 (4144)

Cell. : 613-513-8437

avienneau@cheo.on.ca

Kina Leclair

Agente des relations médias

Université d’Ottawa

Bureau : 613-562-5800 (2529)

Cell. : 613-762-2908

kleclair@uOttawa.ca

Source : l'Université d'Ottawa