Les universités d’aujourd’hui sont plus pertinentes que jamais, car elles s’adaptent aux besoins des étudiants et du marché du travail – Allan Rock

9 Mai 2013

Les universités canadiennes sont-elles toujours pertinentes pour les diplômés d’aujourd’hui? Répondent-elles aux besoins changeants du marché du travail? Selon le recteur de l’Université d’Ottawa,Allan Rock, la réponse est un oui sans équivoque. En effet, les universités se préoccupent toujours autant de demeurer à l’avant-garde.

Dans un discours prononcé aujourd’hui devant les membres du Cercle canadien d’Ottawa, M. Rock a déboulonné le mythe du manque de pertinence des études universitaires.

« Des journaux à grand tirage ont écrit récemment que les universités étaient déconnectées de la réalité économique et qu’elles ne répondaient pas aux besoins du marché du travail, a commentéAllan Rock. Je ne suis pas de cet avis. En fait, rien ne corrobore ces reproches incessants formulés à l’égard des programmes de premier cycle. »

Chiffres à l’appui, M. Rock s’est d’abord attaqué à la question de la « disparité des compétences ». « On ne peut pas nier qu’il y a bel et bien pénurie de main-d’œuvre pour occuper des emplois dans des métiers spécialisés, et les collèges communautairessont bien placés pour atténuercette pénurie; mais la demande de diplômés universitairesdemeure très forte, et ces diplômés réussissent très bien sur le marché du travail. »

Selon le dernier sondage sur l’emploi commandé par le ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario,le taux d’emploi six mois après la fin des études chez les diplômés universitairesatteignait presque 88 %, etplus de 82 % des diplômés occupaient un emploi lié à leurs études deux ans après avoir obtenu leur diplôme. Un rapport publié dernièrement par Marchés mondiaux CIBC a également répertorié 25 professions où les pénuries sont récurrentes, et presque toutes ces professions nécessitent un diplôme universitaire.

M. Rock a de plus présenté des preuves selon lesquelles les universités canadiennes s’adaptent continuellement à un monde complexe en évolution rapide.

« L’époque de la tour d’ivoire est révolue depuis longtemps. Les universités travaillent de plus en plus avec des partenaires locauxpour dynamiser les programmes et les cours et les situer dans des contextes pratiques », a affirmé Allan Rock, à propos de l’importance grandissante accordée partout au pays à l’apprentissage expérientielpar les stages coop, le travail bénévolelié aux cours, les internats, le mentorat et les programmes de recherche au premier cycle.

Enfin, Allan Rock a souligné l’importance de l’éducation postsecondaire pour stimuler l’innovation et le développement économique, ainsi quepour enrichir notre société et la vie de nos citoyens.

« Ce n’est pas tant ce que fera ultimement chaque étudiant de chaque faculté et de chaque département qui nous préoccupe que la personne qu’il deviendra. Les obstacles sont nombreux. Nous voulons donner à nos étudiants les compétences dont ils ont besoin pour obtenir un emploi, mais aussi la capacité, l’inspiration et l’expérience nécessaires pour changer les choses dans leur milieu, dans leur pays et dans le monde », a conclu Allan Rock.

Lisez le discours complet sur la page du recteur de l’Université d’Ottawa.

RENSEIGNEMENTS

Caroline Milliard

Gestionnaire, Relations avec les médias

Bureau : 613-562-5800 (3087)

Cellulaire : 613-240-0275

caroline.milliard@uOttawa.ca

Source : l'Université d'Ottawa