L'Université de Hearst signe deux ententes de mobilité étudiante avec la France

16 Juillet 2014

Depuis maintenant dix ans, l'Université de Hearst offre à sa clientèle étudiante l'occasion de s'ouvrir sur le monde par l'entremise d'un voyage d'études à l'étranger. Plusieurs attestent que ces voyages enrichissent l'expérience universitaire notamment par les liens tissés entre les personnes participantes et la communauté d'accueil, la richesse culturelle et la consolidation des savoirs. Dans sa quête d'accroître les possibilités de mobilité étudiante, l'Université de Hearst envisage depuis un certain temps la mise en place d'un programme de mobilité étudiante.

C'est dans cette optique que l'Université a signé au début juillet ses deux premières ententes de mobilité étudiante à l'étranger, avec l'Université de Bretagne-Sud, ainsi qu'avec le Centre universitaire Jean-François Champollion. Une telle entente favorise le déplacement des personnes qui fréquentent notre institution vers celles de la France, et vice versa, permettant ainsi d'élargir ses connaissances, de s'imprégner d'une culture nouvelle et de s'ouvrir à l'autre.

Pierre Ouellette, recteur de l'Université de Hearst, se dit particulièrement fier de l'évolution de ce dossier qui se préprare depuis maintenant deux ans. « L'ouverture sur l'international fait partie de la nouvelle Université de Hearst et les ententes de mobilité étudiante en sont une importante composante. On peut connaître un semestre ou une année d'études à l'étranger, comme c'est le cas grâce à ces nouvelles ententes, tout en demeurant à la maison pendant le reste de son parcours universitaire. C'est, je crois, un scénario gagnant pour la clientèle étudiante. »

Pour celles et ceux qui éprouvent de l'intérêt à étudier un semestre ou une année en France durant leur parcours à l'Université de Hearst, et ce, tout en bénéficiant d'une reconnaissance des crédits universitaires, il est maintenant possible de réaliser ce souhait.

Source : Université de Hearst