Nouvelle arme contre la bactérie C. difficile : percée scientifique importante à l'Université de Saint-Boniface

13 Août 2012

Une équipe de chercheurs de l’Université de Saint-Boniface (USB) au Manitoba a prouvé l’efficacité d’un désinfectant qui pourrait révolutionner le combat contre les superbactéries dans le milieu hospitalier.

L’étude menée par monsieur Mathias Oulé, Ph. D., professeur de microbiologie à l’Université de Saint-Boniface, au Manitoba, démontre qu’Akwaton agit contre les bactéries sporulées telles que Clostridium difficile, dont les spores peuvent survivre très longtemps (des années!) sur les surfaces, et ce, même à haute température et dans un environnement sec. L’étude vient de paraître dans la prestigieuse revue Journal of Medical Microbiology du Royaume-Uni.

La plupart des désinfectants chimiques employés actuellement limitent ou empêchent la croissance des spores. Or, l’étude révèle qu’Akwaton, que le professeur Oulé qualifie « d’eau désinfectante », parvient à détruire des spores Bacillus subtilis en suspension dans l’eau ou fixés à des surfaces de verre ou d’acier inoxydable, et ce à très faible concentration et après seulement 90 secondes. Des études antérieures menées par des chercheurs de l’USB ont déjà démontré qu’Akwaton serait aussi efficace contre Staphylococcus aureus résistantes à la méticilline, Escherichia coli, Salmonella et Pseudomona. Mathias Oulé résume ainsi l’avantage principal du produit : « La plupart des désinfectants doivent être utilisés à plus forte concentration – de 4 à 10 % –, ce qui risque de nuire à la santé des humains. Akwaton détruit les spores à une concentration bien en deça de 1 %. » Akwaton est un produit non corrosif, non irritant, non toxique, sans odeur et sans danger pour l’environnement. « Toutes ces propriétés font d’Akwaton le désinfectant idéal pour les hôpitaux et les laboratoires. Même l’industrie alimentaire pourrait s’y intéresser », conclut le professeur Oulé.

« Le fait que la prestigieuse Society for Medical Microbiology a diffusé un communiqué au sujet de la percée du professeur Oulé vient confirmer son importance, affirme madame Raymonde Gagné, rectrice de l’Université de Saint-Boniface. Notre université est fière de participer au combat contre les superbactéries, dont les éclosions menacent l’ensemble des établissements hospitaliers au Canada et partout sur la planète. Déjà, l’article du professeur Oulé fait couler de l’encre en Europe. Je n’ai aucun doute qu’il suscitera beaucoup d’intérêt au Canada également. »

L’article « Akwaton, Polyhexamethylene-Guanidine Hydrochloride-Based Sporicidal Disinfectant: A Novel Tool to Fight Bacterial Spores and Nosocomial Infections » a été publié le 8 août 2012 dans la revue savante Journal of Medical Microbiology. L’article et le communiqué publiés par la Society for General Microbiology du Royaume-Uni sont disponibles en ligne au www.sgmjournals.org et sur le site Web de l’Université de Saint-Boniface.

- 30 -

Source : l'Université de Saint-Boniface

Marlene L. Cormier Coordonnatrice du Bureau de recherche Université de Saint-Boniface 204 237-1818, poste 467 • mcormier@ustboniface.ca