Subvention de recherche du CRSH pour une étude effectuée à l'École de travail social de l'Université de Moncton

16 Septembre 2016

Une équipe de recherche, dirigée par Lise Savoie, professeure à l’École de travail social de l’Université de Moncton, a reçu une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) d’une valeur de 75 000 $ pour une étude qualitative intitulée « Comprendre les rapports consentants et non consentants à caractère sexuel des étudiantes et des étudiants en milieu universitaire ».

L’équipe de recherche est composée des professeures et professeurs Marie-Andrée Pelland, Ibrahim Ouattara, Penelopia Iancu, Lyne Chantal Boudreau (campus de Shippagan) et Sylvie Morin (Campus d’Edmundston).

Une étudiante et un étudiant à la maîtrise en travail social participent également de façon active à ce projet, soit Sarah Grandisson et Guy Godin. L’étude se déroule à l’Université de Moncton et ses trois campus servent d’étude de cas.

Bien qu’aux États-Unis, la question des rapports à caractère sexuel consentants et non consentants dans les universités fasse l’objet de nombreuses recherches scientifiques, au Canada, les écrits sur la question sont épars et fragmentaires. Hormis une recherche scientifique de DeKeseredy et Kelly (1993) qui dresse un portrait de ces types de rapports dans les universités, la grande majorité des écrits proviennent essentiellement de documents rédigés suite à des évènements médiatisés de non consentement.

Les résultats de cette étude serviront à augmenter les connaissances théoriques et pratiques sur la question des rapports sexuels. Cette question constitue un enjeu fondamental puisqu’il s’agit de mettre en lumière des pratiques sexuelles, qui parfois conduisent à des actes de violence ayant un impact majeur sur la vie des étudiantes et étudiants.

En ayant des données plus précises sur le sujet, les étudiantes et étudiants, les intervenantes et intervenants et les établissements de formation seront mieux informés et mieux outillés pour comprendre et intervenir sur le phénomène.

Les entrevues auprès des étudiantes et étudiants se dérouleront dès le semestre d’automne 2016.

 

Source : Université de Moncton