Un physicien de l’Université d’Ottawa attire la lumière… et les récompenses

8 Avril 2014

Le professeur de l’Université d’Ottawa et chercheur du Conseil national de recherches Canada (CNRC) Paul Corkum, aussi connu comme le « père » de l’imagerie moléculaire attoseconde, pourrait bien être le prochain lauréat d’un prix Nobel. Il sera l’invité d’honneur du Technion – l’Institut israélien de technologie –, où il recevra le prestigieux prix Harvey pour sa contribution au domaine de la science de l’attoseconde. Ce nouveau prix semble confirmer ce que la communauté scientifique évoque depuis un certain temps : que Paul Corkum pourrait bien être en lice pour le Nobel.

Le prix Harvey est décerné tous les ans par le Technion à des chercheurs et scientifiques internationaux dans les catégories Sciences et technologie, Médecine et Contribution importante à la paix au Moyen-Orient. On dit aussi qu’il est un bon indicateur du prix Nobel.

Ce physicien a affermi sa renommée internationale en étant le premier à produire des impulsions de 650 attosecondes, soit des impulsions de lumière extrêmement rapides qui permettent aux scientifiques de capter le mouvement de particules subatomiques et d’observer les réactions moléculaires en temps réel.

C’est un grand pas pour les physiciens qui tentent de contrôler les déplacements des électrons qui gravitent dans les molécules. Cette manipulation des électrons en temps attoseconde pourrait amener des percées dans des domaines de toutes sortes, de l’informatique au génie en passant par la médecine.

Le professeur Corkum recevra son prix au Technion, où il prononcera également une conférence devant des scientifiques, universitaires et dirigeants israéliens.

Récipiendaire de nombreux prix de recherche et d’enseignement, le professeur Corkum a reçu dernièrement la médaille Frederic-Ives, soit la récompense la plus prestigieuse accordée par l’Optical Society of America, le Prix international du roi Fayçal en sciences et la Progress Medal de la Royal Photographic Society. Entre autres prix et honneurs, mentionnons aussi la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du Canada et le prix John-C.-Polanyi.

Source : l'Université d'Ottawa