Un physicien de l’Université d’Ottawa devient l’un des trois seuls Canadiens lauréats d’un prestigieux prix scientifique international

30 Janvier 2013

Paul Corkum, professeur à l’Université d’Ottawa et scientifique au Conseil national de recherches du Canada (CNRC), fait maintenant partie d’un club sélect de trois Canadiens à avoir remporté le King Faisal International Prize for Science, l’un des prix les plus prestigieux du monde. Le prix vient souligner les recherches révolutionnaires de M. Corkum  en imagerie attoseconde.

« L’Université félicite le professeur Paul Corkum, qui se joint ainsi à un cercle de chercheurs d’élite. Son engagement envers la recherche et l’innovation est une source d’inspiration pour la communauté tout entière. Nous sommes fiers qu’un scientifique d’un tel calibre se soit établi à l’Université d’Ottawa », a dit la vice-rectrice à la recherche, Mona Nemer.

Les lauréats du prix King Faisal reçoivent 200 000 $ et un médaillon commémoratif de 200 grammes en or 24 carats, ce qui en fait l’un des prix les plus généreux du monde arabe. Plus de 200 éminents chercheurs et scientifiques de partout dans le monde ont obtenu cette distinction.

Depuis plus de 30 ans, le professeur Corkum repousse les limites du savoir sur les interactions entre la lumière et la matière. Il a remporté la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie et est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en photonique de l’attoseconde au CNRC. Ses recherches, dont a émergé une nouvelle approche théorique visant à réduire la durée des impulsions de lumière produites par des lasers, ont été reconnues partout dans le monde. Le professeur Corkum a affermi sa renommée internationale lorsqu’il est devenu le premier à produire une impulsion de 650 attosecondes (une attoseconde correspond à 10-18 seconde, soit un milliardième d’un milliardième de seconde).

Les impulsions attosecondes permettent aux scientifiques de voir le déroulement des réactions chimiques en saisissant le mouvement incroyablement rapide des électrons dans les atomes et les molécules sous forme de « film » dont la résolution temporelle se mesure en attosecondes. Ces recherches avant-gardistes offrent non seulement de nouvelles possibilités pour l’étude de la matière, mais aussi une nouvelle façon de contrôler cette dernière à l’échelle moléculaire. Dans le monde en plein essor de la nanotechnologie, les possibilités sont pratiquement illimitées.

Les recherches innovantes de Paul Corkum au laboratoire commun de science attoseconde de l'Université d'Ottawa et du CNRC — une installation de calibre international — attirent des doctorants et des chercheurs postdoctoraux de talent. Ils viennent du Canada, d'Europe, des États-Unis, du Japon et d'Israël.

L’Université d’Ottawa soutient activement la recherche de pointe et favorise le développement des connaissances basé sur une approche interdisciplinaire. Son engagement envers l’excellence attire les chercheurs les plus prometteurs du Canada et du monde entier. De plus, l’Université d’Ottawa contribue grandement au développement économique de la région de la capitale nationale.

RENSEIGNEMENTS:

Néomie Duval

Agente des relations médias

Université d’Ottawa

Bureau : 613-562-5800 poste 2981

Cellulaire : 613-863-7221

neomie.duval@uOttawa.ca

Source : l'Université d'Ottawa